OXCHUC

Vie quotidienne à Yochib 

par Claudia, fille de Mari

Oxchuc est un endroit rempli de légendes, dont la plupart prennent place dans les grottes des alentours. Ici on peut entendre que les grottes ont une “âme” et qu'elles veillent sur les serpents géants, qu'elles sont remplies d'os trois fois plus grands que ceux des humains, ou encore que certaines sont un abîme sans fond. À l'intérieur de certaines grottes se trouvent aussi un cours d'eau, rempli de tourbillons, et pour toutes ces raisons, à Oxchuc les grottes sont des lieux sacrés dans lesquels on venait jadis danser et faire des offrandes aux saints.

Oxchuc est un village en majeure partie de l'ethnie Tzeltal, situé dans les hauts plateaux du Chiapas. On y parle le Tzotzil et surtout le Tzeltal, des dialectes originaires du Maya. La tradition la plus représentative de la communauté est la fabrication à la main de textiles à rayures contant entre autres les changements de la nature au fil des saisons, faisant de l'art du tissage son héritage le plus ancien.

TISSER UN HÉRITAGE

Avant, après la conquête et encore de nos jours, les peuples indigènes ont été forcés d'oublier leur histoire et mythologie, de brûler leurs idoles et textes sacrés, de nier leurs traditions, de changer leurs codes vestimentaires..

Plus malignes que leurs oppresseurs, les tisserandes, gardiennes des savoirs ancestraux, ont su transmettre leur cosmovision et la faire perdurer à travers les âges. Grâce à ces témoignages codés, ces grimoires tissés, ces symboles mystiques brodés et innocemment (fièrement) portés au quotidien; les Huipils. 

 

L'artisanat textile est un moyen de préserver cette vision du monde et de l'introduire subtilement dans la culture postcoloniale imposée. Au fil des siècles, l'histoire Mexicaine semble être une succession de créations inspirées de moments extrêmement difficiles. Occasionnant de nouvelles traditions et montrant deux talents qu'on ne pourrait renier à ses habitants, une créativité sans limites et une joie de vivre inégalable.

Le textile des peuples indigènes est un lien essentiel avec le passé, une grande action révolutionnaire.

Mari, designer à Uekani

par Sarah Mortimer

QUELQUES MOTS EN TZELTAL

il ek’
 

C'est le nom de la colline sacrée en bas de laquelle les habitants de Oxchuc vont prier et célébrer.

Ch’uy k’aal

Personne âgée qui préside les cérémonies et prières.

Tajimal K’in

Carnaval célébré année après année, pendant 13 jours en février-mars, où les habitants demandent le bien-être de la population, de bonnes récoltes et une terre fertile

Kaxlan


Celui qui ne fait pas partie de la communauté. Personne métisse parlant le Castillan.

Photos et Vidéo par ©SarahMortimer