SAN JUAN CHAMULA

" Chamula, Terre sacrée, berceau des rêves, charme de l'univers, dans les veines de sa colline sacrée Tsonte´ vits se distile le doux parfum de la vie, baigne le nouveau-né, nourrit le vayijel des hommes et des femmes Tsotsiles, la musique est un chant qui console l'âme, le pox donne la sagesse, soigne les malades, châtie les angoisses, ouvre les portes de l'univers et le dialogue avec les êtres suprêmes qui donnent la vie. " 

 Juan Gómez López *

San Juan Chamula est une des communautés dégageant le plus de magie que nous ayons visité. 

C'est un village situé au Chiapas, sud du Mexique, depuis toujours recouvert d'un épais brouillard mystique. Mais le changement climatique dénude peu à peu ses montagnes de cet épais manteau. Les habitants ont gardé le costume traditionnel fait d'une épaisse couche de laine de moutons, bien que la chaleur nouvelle rende de plus en plus insupportable l'usage de cette matière. 

 

Les Chamulas sont très fières de leurs racines, et suivent rigoureusement leurs traditions ancestrales. Ils se nomment eux-même " les hommes vrais " porteurs de la sage parole.
L'église du village est un lieu incontournable !

CHAMULA : PEUPLE EN LUTTE POUR SON IDENTITÉ

Uekani-95.jpg

"C’est la femme qui est chargée de transmettre ou transformer les connaissances ancestrales. L’eau n’est pas vénérée si elle n’est pas transmise et appelée à être gardé comme un bien sacré. Ce sont les offrandes, la croyance dans les rêves qui nous distinguent des habitants de la ville. Ici, l’eau a un gardien, le feu peut sentir notre rage et notre angoisse, et la terre s’approprier une partie de notre âme."

Dieux en résistance

De la magnificence à l'oubli

par Enriqueta Lunez,

écrivaine de la communauté

LA LAINE SACRÉE DE CHAMULA

Les textiles en laine sont une tradition à San Juan Chamula, où les Tzotzil élèvent des moutons exclusivement pour obtenir leur fourrure et la transformer en vêtements typiques.
 

Le plus traditionnel des costumes fabriqué de manière artisanale avec des techniques anciennes est la nagua (jupe) de la femme et le chuj (sorte de poncho) de l’homme.
 

Les costumes utilisés lors des fêtes et cérémonies traditionnelles peuvent atteindre un prix compris entre 15 000 et 20 000 pesos (750 et 1 000 €) par vêtement. Entre la pousse de la laine et le textile terminé il faut compté 1 an

Les Tzotzil de Chamula sont les seuls autochtones du Chiapas à se consacrer à l'élevage de moutons pour tirer parti de la laine. Ici les moutons ne sont pas sacrifiés ni consommés, ils sont sacrés pour les habitants.                        

Mitzi Mayauel Fuentes Gómez

Le filage de la laine à Chamula

par Michael Frafan

QUELQUES MOTS EN TZOTZIL

Juan Gómez López nous parle de Chamula en employant des mots en Tzotzil,

langue officielle de la municipalité, mais que signifient-ils? 

Tsonte´ vits

C'est le nom de la colline sacrée sur laquelle les habitants de San Juan Chamula vont prier.

Vayijel

Esprit ancestral, animal protecteur des personnes, l'âme.

C'est aussi le nom d'n groupe de rock Tzotzil. Vous pouvez retrouver notre chère abuelita dans leur clip "Jilol"

Pox

distillat de maïs local  du Chiapas, de canne à sucre et de blé. Issue de la culture maya, il est toujours utilisé par les guérisseurs traditionnels du Chiapas.

K'uxi avo'onton


ou "comment va ton cœur", c'est la façon de dire bonjour à San Juan Chamula. Poétique n'est-ce pas?

* Traduction vers le français fournie par Mondo Agit dans le cadre du projet de PerMondo

Traduction gratuite pour les ONG et les associations sans but lucratif 

Traducteur: Octavio Dos Santos De Aguiar.

Handmade with love in México